Moulax c’est carrément electropop, un peu hiphop et un peu punk, avec en plus de la polyphonie qui sort des entrailles de l’origine du monde.
Avec Moulax tu bouges ton corps sur des gros beats et des textes intellos mais hyper faciles à reprendre en coeur.
Moulax c’est de la drogue gratuite au début du concert.
Moulax c’est l’Abécédaire de Deleuze en mode karaoké.
Moulax c’est un concept métaphysique d’adéquation au monde.
Moulax c’est serré et ça fait un beau cul.

Et en mode art contemporain:
Daphné Achermann et Solène Garnier sont deux artistes qui explorent les limites de la création scénique contemporaine au travers de nombreux projets et collaborations. Leur approche est profondément intelligente, humaine et décomplexée.
En 2017 elles créent Moulax, un spectacle qui reprend et détourne le vocabulaire de la culture pop tout en affirmant des idées politiques et philosophiques sulfureuses. C’est une mise en abîme joyeuse de l’expérience collective dans les sociétés de l’hyper-connectivité post-smartphones au travers d’éléments simplificateur qui peu-à-peu tissent une trame riche et complexe de sensations et d’idées. Une sorte de psychomagie technologique tournée à la fois vers la chair et vers le futur.

Advertisements